Un Jour, une Community Manager ...

Un Jour, une Community Manager ...

Publié le dans Rencontre avec notre Equipe

Retour aux articles
Rencontre avec Julie NOIRAUD

Community Manager de l’Hôtel Les Bulles de Paris****

 

Bulles Magazine :

« Nous recevoir en extérieur est un signe de clémence en cette période estivale, chère Julie.

Julie Noiraud :

C’est un îlot agréable au cœur des Bulles**** en effet ! (rires)

Seules nos chambres climatisées rivalisent de fraicheur.

Bulles Magazine :

Nous nous étions préparé à vous rencontrer dans l’une d’elles d’ailleurs ou dans un bureau chargé de matériel informatique mais nous voici dans cette agréable cour à l’ombre d’un prodigieux parasol.

Julie Noiraud :

On accède par ce lieu à nos chambres dites PMR, la superficie restante a été aménagée en lieu de vie supplémentaire dans le prolongement du lobby.

J’adore !

Pour ce qui est du bureau nous en sommes loin c’est vrai, mais pour l’informatique j’ai tout ce qu’il faut à portée de main.

B.M :

Vous parlez très certainement de votre smartphone, le dernier cri j’imagine. (rires)

Julie Noiraud :

Pour les six prochains mois avant la sortie du prochain modèle vous voulez dire ! (rires)

B.M :

Un point pour vous !

Si nos informations sont exactes vous êtes « Madame Hyperconnectée » !?

Combien de temps par jour passez-vous sur le web ?

Julie Noiraud :

A vrai dire mon activité est principalement centrée sur les médias sociaux, je dirais entre deux et trois heures par jour.

En comptant l’animation des réseaux, l’analyse des retombées ainsi que le suivi de l’évolution des tendances seulement.

Si on y ajoute la création de contenus je dirais entre quatre et cinq heures par jour.

B.M :

Votre surnom est bien mérité dirait-on !

D’où vous vient cette aisance avec l’Internet ?

Julie Noiraud :

Deux raisons principalement.

Pour la première il s’agit de mon parcours scolaire initial, j’ai étudiée les Systèmes numériques, option informatique et réseaux à Clichy.

La seconde est tout simplement générationnelle !

B.M :

La Génération Y !

Les anglophones vous appellent les « Digital Natives ».

On dit que vous êtes tous tombé dans la potion informatique étant bambin !

Julie Noiraud :

J’ai connu le haut débit illimité à l’âge où ma Maman adorée m’apprenait à lasser mes chaussures.

Il doit certainement y avoir du vrai dans cette affirmation. (rires)

B.M :

Comment passe-t-on de l’informatique, à un domaine plus au contact du réel comme l’Hôtellerie-Restauration ?

Julie Noiraud :

Assez aisément pour ma part !

J’adorais mon ordinateur mais pas au point de me couper du monde extérieur.

Les amis, ma famille, mais aussi et surtout mes premières expériences professionnelles ponctuelles, m’ont très vite ancrée dans le « réel ».

Et par la suite dans la relation client notamment grâce à la restauration traditionnelle.

B.M :

En avez-vous gardée de bons souvenirs ?

Julie Noiraud :

Oui dans l’ensemble !

Certaines éprouvantes, toutes formatrices, l’essentiel étant à l’époque d’avoir mon autonomie financière.

Je l’ai obtenu et j’ai surtout découvert un nouvel intérêt hors de la micro informatique.

Mon passage au « Grand Bistro de la Maison Dorr » se remémore en premier plan quand on m’évoque le dynamisme, la recherche constante de la satisfaction et le contact client.

Les conditions ne sont pas forcément les plus aisées mais on fait beaucoup de rencontres agréables dans les métiers de services, et autant de pourboire. (rires)

B.M :

Nos chers lecteurs seront-ils de cet avis ; nous le sommes pour notre part ! (rires)

Mais qu’en est-il du rythme ?

Est-ce l’habitude du « coup de feu » qui vous donne la force de tenir ces marathons du web?

Julie Noiraud :

Je l’ignore sur ce point, mais c’est bien grâce à mes modestes performances dans la restauration qu’une cliente occasionnelle a sollicité mes services.

Et par un malin coup du sort me voici de nouveau devant mes écrans tant adorés.

B.M :

Il y a du mieux tout de même; toujours connectée mais à la terrasse d’un établissement 4 étoiles.

Julie Noiraud :

Oui, c’est vrai !

La plante grimpante et les chaises suspendues favorisent l’inspiration en tout temps.

Mais je suis le plus souvent sur les ordinateurs de la Réception.

Cela rend le travail de recherche plus aisé, surtout que je monopolise parfois plusieurs écrans à la fois.

B.M :

Était-ce votre première fonction aux Bulles**** ?

Julie Noiraud :

Non, le service petit-déjeuner a été le pont entre la Restauration et l’Hôtellerie.

Élise Renoir m’a sollicitée pour un remplacement l’été dernier.

Après les bons retours de mes collègues et de notre Manager, elle m’a proposée de continuer l’aventure en Réception à l’occasion d’un départ.

B.M :

Et nous présumons que vous n’avez eu aucun mal à vous adapter au PMS ?

Julie Noiraud :

Vous présumez bien !

Les logiciels de gestion hôtelière sont assez semblables à ceux de la restauration.

Et celui ci est très simple d’utilisation.

B.M :

Une difficulté en particulier ?

Julie Noiraud :

J’ai pris un peu plus de temps pour dérider mon anglais scolaire.

Entre mon accent « à la française » et le nouveau vocabulaire à apprendre,

j’ai du me mettre très rapidement à niveau.

Avec deux tiers de clientèle internationale dont la plupart anglophone, je peux vous dire que le stage a été intensif.

A ma décharge j’ai plus de facilité avec les langues latines, qui ont leur utilité dans ce quartier éponyme.

Mon cœur balance plutôt du coté de l’Italie, lieu où « Il mio Amore » a vécu 6 années et dont il me décrit les merveilles avec le plus français des accents italien. (rires)

Gli devo molto.

B.M :

Che dolce ! (rires)

Ainsi donc vous voilà aux premières loges, à la Réception.

Comment vous êtes vous dès lors tourné vers le « community management » ?

Julie Noiraud :

Tout d’abord la découverte de l’hôtellerie a été une révélation pour moi.

La joie des rencontres que j’éprouvais dans la restauration, a été démultipliée en très peu de temps.

Du simple fait de la relation privilégiée que l’on crée avec nos hôtes sur toute la durée de leur séjour.

Leur rendre leur gentillesse et leur fidélité, était devenu une nécessité en soi.

Et quels meilleurs moyens que les réseaux sociaux pour prolonger l’expérience pétillante des Bulles de Paris**** ?

B.M :

En effet ! Et de combien de plateformes parle t-on ?

Julie Noiraud :

4 principalement, Facebook, Twitter et Instagram, et bien sur le blog de l’Hotel en partie.

Je n’oublie pas de garder sur mon radar les sites de référencements tels que Tripadvisor, même si notre Guest Relation Sofia C. serait plus à même de vous éclairer sur le sujet.

B.M :

Nos lecteurs ne manqueront pas de solliciter très prochainement ses lumières sur cette thématique.

Par curiosité que dit-on des Bulles de Paris en ce moment ?

Julie Noiraud :

Beaucoup de belles choses à notre grand plaisir.

Notamment sur la qualité du service, la chaleur des équipes et la décoration.

Je publie tous les dimanches sur notre page Facebook l’avis client de la semaine.

Mais également les bons plans parisiens, les sorties à ne pas rater, les recommandations de restaurants aux alentours que l’on a testés et aimés.

Les expositions et les musées ont aussi la part belle.

B.M :

Combien de personnes vous suivent en moyenne ?

Julie Noiraud :

Entre 1600 et 1800 abonnées pour les plus grandes, un chiffre encore modeste mais en constante hausse depuis ma prise en main en Avril dernier.

Nos visiteurs sont ravis de retrouver en ligne l’atmosphère qu’ils ont contribués à créer en partageant notre quotidien.

J’y distille la vie de l’établissement au jour le jour, mettant en avant nos animations phares tel que le « Jeudi Sommellerie », nos offres et promotions exclusives; mais également les coulisses de nos services, l’état d’esprit de nos équipes.

Une nouvelle orientation prise par la Direction depuis près de 2 ans, innovation que la série des « Rencontres » illustre parfaitement.

B.M :

Vous nous en voyez ravis !

Les «Community Manager » ont beaucoup de succès en ce moment.

Certainement grâce à cette mutation du webmaster vers un hybride entre S.A.V, influenceurs et bloggeurs.

La transformation digitale initiée dans toute la société n’y est pas étrangère non plus.

Beaucoup tentent l’aventure à l’étranger, vous voyez vous une carrière à l’internationale ?

Julie Noiraud :

M’aventurer dans le 5ème était déjà un grand pas hors de mes sentiers habituels que sont le 17è et l’ouest parisien, mais j’ai eu du temps pour me familiariser avec les lieux en plusieurs mois de soirées locales.

Les beaux bâtiments Haussmannien, les grands axes que forment les Boulevards Saint-Germain, Saint-Michel et la Rue des Écoles ; ainsi que le Jardin du Luxembourg et le bord de Seine nous ont d’ailleurs inspirés les deux parcours de footing depuis les Bulles, 5 et 10km pour les plus sportifs.

Toutefois mon choix de cœur se porterait vers le pourtour méditerranéen.

B.M :

Laissez nous deviner…(rires)

Julie Noiraud :

Vous l’aurez compris l’Italie encore et toujours.

Le sud de la France à tout autant ma préférence pour son hospitalité, son climat agréable et le bord de mer.

A moins que ce ne soit pour me rapprocher de mon papa chéri ! (rires)

Chi lo sa… »

Ainsi s’achève ce nouvel entretien, excellente rentrée à tous.

Rendez-vous le mois prochain, pour une nouvelle rencontre !

Bulles Magazine

La Rédaction se joint à toute l’équipe des Bulles de Paris**** pour souhaiter un« Joyeux Anniversaire » à Julie.