Un Jour, une Réceptionniste de Nuit ...

Un Jour, une Réceptionniste de Nuit ...

Publié le dans Rencontre avec notre Equipe

Retour aux articles
Rencontre avec Diana ORLOVA

Réceptionniste de Nuit de l’Hôtel Les Bulles de Paris****

Bulles Magazine :

« C’est un plaisir que de redécouvrir votre établissement chère Diana.

Diana Orlova :

Nous sommes ravis de l’intérêt que vos lecteurs et vous-même nous portez.

B.M :

Le concept autour des Bulles de Paris**** éveille la curiosité de bien du monde, l’aura magique du Champagne serait-elle sans frontière ?

Diana Orlova :

Oh oui, je confirme ! (rires) Intemporel et sans frontière.

Il est synonyme de fête et d’évasion dans tous les pays ou j’ai vécu en commençant par mon pays d’origine : la Russie.

B.M :

Ce n’est pas la Maison Louis Roederer qui vous contredirait, sa prestigieuse et emblématique cuvée « CRISTAL » a été conçu spécialement pour le Tsar Alexandre II de Russie au XIXème siècle.

Il me semble d’ailleurs que cette cuvée mythique est à l’honneur de votre « Jeudi Sommellerie » ce jeudi 28 Juin .

L’adage prétends que les termes Russe et Luxe s’accordent avec goût. Qu’en dites vous ?

Diana Orlova :

J’aurais du mal à dire le contraire ! (rires)

Les Russes ont pour La France une véritable passion amoureuse, amour ancien mais amour vivace. Très particulièrement depuis le début du XXème siècle où une grande partie de l’aristocratie russes à migrer en Cote d’Azur.. Paris reste tout de même une destination privilégiée, ne serait-ce que pour ses monuments et ses Grands Magasins de Luxe très certainement. (rires)

B.M :

Est-ce cela qui vous a motivée à vous installer à Paris également ?

Diana Orlova :

A vrai dire l’attrait pour la France me vient de ma grand-mère qui était d’une génération qui avait moins de facilité à se déplacer de par le monde.

Les tarifs en premier lieu et l’isolement du pays face au reste du monde à l’époque.

Cela ne l’a pas empêché de me raconter son voyage idéal, son tour de France imaginaire, à renfort de littérature, de poésie et d’images de magazine.

Ses rêves sont devenus les miens, et me voici à Paris !

B.M :

Ne jamais sous-estimer le pouvoir des récits et les souvenirs de notre enfance, semble t-il !

Comment êtes vous donc arrivé à réaliser ce rêve commun ?

Diana Orlova :

De fait je me suis dirigée vers des études de tourisme et de langues étrangères appliquées à l’Université de Piatigorsk.

A la faveur d’un échange universitaire j’ai pu venir étudier un semestre à Lille et ma conviction d’une vie « à la française » s’est renforcée.

Paris est venu ensuite grâce à un stage à L’Hôtel Bellechasse****, qui s’est poursuivie par une embauche.

B.M :

Etait-ce votre première expérience hôtelière ?

Diana Orlova :

J’ai eu la chance de pouvoir travailler dans plusieurs destinations touristiques, notamment la Turquie, Tel Aviv ou encore les Emirats du Golfe, destinations très tendances et très formatrices sur l’univers du Luxe.

Mais en matière de tourisme la Russie n’est pas en reste.

Ma famille vit près de Sotchi, ville organisatrice des Jeux Olympiques d’Hiver de 2014, et station balnéaire sur la Mer Noire très prisée par mes compatriotes.

J’étais en contact permanent avec des visiteurs de tout le continent et au-delà.

B.M :

Retrouvez-vous cette atmosphère aux Bulles**** ?

Diana Orlova :

Les Bulles de Paris**** est totalement différent du fait de sa localisation tout d’abord mais également de sa vocation.

Etant un boutique-hôtel de 44 chambres, l’atmosphère y est plus cosy et les services plus personnalisés que dans un moyen ou gros porteur du littoral.

Du point de vue professionnel également, je m’y retrouve plus à l’aise du fait de la proximité avec nos hôtes et de l’interaction plus aisée entre nos différents services.

Le choix de management de notre Directrice Élise Renoir n’y est pas étranger.

B.M :

Est-ce elle qui vous à convaincue de prendre la place de Night Audit ? (rires)

Diana Orlova :

Elle y est pour beaucoup en effet ! (rires)

A l’issue de mon premier entretien avec elle, je n’avais qu’une seule idée en tête : travailler dans son équipe. La seule place libre à l’époque était Réceptionniste de Nuit, mais après un temps je me suis rendue compte que je ne voulais plus changer.

La nuit me plaît, les échanges ne sont plus les mêmes avec nos clients, ils prennent le temps. Le contraste est évident avec le jour car entre deux visites de musées et une promenade aux bords de la Seine toute proche, le temps passé dans l’Hôtel est très réduit. Et je les comprends.

B.M :

Il est vrai que le Quartier Latin se prête bien au flânage !

Avez-vous une clientèle russophone en ce moment ?

Diana Orlova :

De temps en temps mais pas ces derniers jours du fait de la Coupe du Monde en Russie qui démarre cette semaine.

B.M :

Votre cœur balance t’il entre la France et la Russie pour ce grand tournoi international ?

Diana Orlova :

Joker! (rires)

B.M :

Accordé ! (rires)

Parlez-nous du lieu que vous avez choisi pour cet entretien !

Diana Orlova :

Il s’agit d’une chambre spéciale dans notre établissement car elle est dédiée à une personnalité littéraire.

Forcément liée au Champagne, elle l’est, mais de la plus belle des façon : un roman intitulé Pétronille.

B.M :

Amélie Nothomb!?

Diana Orlova :

Très bien deviné, quelle culture ! (rires).

B.M :

J’ai été aidé par ma précédente rencontre avec Elise je dois l’avouer !

Diana Orlova :

C’est la chambre 601 donc au nom de « Amélie » tout simplement.

C’est une chambre lumineuse au 6ème étage, avec une vue sur les toits de Paris et fait exceptionnel : sur la Cathédrale de Notre-Dame de Paris.

B.M :

Exceptionnel en effet !

Diana Orlova :

Oui, cela lui donne un franc succès.

Cela ainsi que sa baignoire sur pied forgé, ravissant détail de design qui lui ajoute un certain cachet auprès de notre clientèle.

B.M :

Proposez-vous des offres avec cette chambre très demandée ?

Diana Orlova :

Plusieurs en effet, toutes consultables sur le site internet de notre Hôtel.

L’une d’entre elles plait grandement à savoir : Paris, Mon Amour.

Offre cumulant une nuitée, un petit déjeuner en chambre, une bouteille de Champagne et une Lovebox pour célébrer la passion sous le magnifique ciel de Paris.

B.M :

Voilà qui plaira certainement à nos aimables lecteurs. »

Ainsi s’achève notre second interview, profitez de vos belles soirées d’été et venez nombreux découvrir Le « Cristal » de la Maison Roederer aux Bulles de Paris****.

Rendez-vous le mois prochain, pour une nouvelle rencontre !

Bulles Magazine